Notre démarche

Aujourd’hui en Corrèze, les forêts (95% privées) sont devenues la proie des machines et de l’appétit insatiable des industriels. De plus en plus souvent, nous constatons comment elle est malmenée, c’est un fait palpable que nous éprouvons au quotidien, une violence que nous ressentons dans notre chair. Le productivisme gagne nos massifs forestiers et impose au vivant les règles du marché. Des paysages sont dévastés en quelques jours et tout cela avec l’aide de l’état. En effet, 87% des projets de replantation financés impliquent des coupes rases et les plantations réalisées sont essentiellement constituées de monocultures. Aujourd’hui pourtant, vouloir préserver les forêts de feuillus anciennes et à forte richesse biologique par une gestion en sylviculture douce parait ESSENTIEL face au changement climatique.

Nos forêts, une biodiversité unique…

Ici, loin du vacarme de nos activités quotidiennes, la vie trouve refuge. Le chant du pic épeiche y rejoint celui du geai des chênes, infatigable planteur d’arbres. Le promeneur et le ramasseur de champignon se croisent au détour du chemin, les enfants viennent y résoudre leurs premiers mystères dans la toute jeune forêt corrézienne. Ici, les insectes, plantes ou oiseaux sont d’une grande diversité. Les forêts de feuillus corréziennes font partie du Pays vert et ont fait la renommée de la région où tant de gens en quête de nature aiment à se retrouver aujourd’hui.

Une forêt :

  • Nous protège des grandes chaleurs
  • Héberge les animaux
  • Nous offrira toujours du bois
  • Nourrit nos familles
  • Fait du bien au moral
  • Est un legs aux générations futures
  • Sauvegarde un savoir-faire artisanal

… mais menacée par l’industrialisation

Pourtant en Corrèze comme ailleurs, nos forêts sont menacées. Plusieurs coupes rases sont venues amputer nos paysages ces dernières années, et ce au sein même du parc naturel régional de Millevaches. La coupe rase, symbole d’un monde devenu fou et qui ne voit plus le vivant que comme une marchandise à soumettre aux mâchoires d’acier des abatteuses. C’est cette vision industrielle de la forêt, ces méga-projets à l’heure de l’effondrement du vivant, devant lesquels nous sommes de plus en plus nombreux à nous interroger et à oser les remettre en question. Dans ce système de marchandisation de tout ce qui est vivant, tous les habitants de nos régions, hommes, plantes et animaux sont réunis pour leur plus grand malheur. On cultive la forêt comme on cultive le maïs, sans aucune pensée quant aux effets sur nos paysages, la vie de la forêt ou ses conséquences à long terme sur le sol, le climat ou l’existence même de la forêt pour les générations à venir.

Une coupe rase

  • Assèche la terre
  • Fait fuir les animaux
  • Détruit les sols et réduit leur fertilité
  • Défigure nos paysages
  • Déprime les habitants
  • Est un vol à nos enfants
  • Transforme nos forêts en usines à bois

Une forêt :

  • Nous protège des grandes chaleurs
  • Héberge les animaux
  • Nous offrira toujours du bois
  • Nourrit nos familles
  • Fait du bien au moral
  • Est un legs au générations futures
  • Sauvegarde un savoir-faire artisanal

Une coupe rase

  • Assèche la terre
  • Fait fuir les animaux
  • Détruit les sols et réduit leur fertilité
  • Défigure nos paysages
  • Déprime les habitants
  • Est un vol à nos enfants
  • Transforme nos forêts en usines à bois

Nos actions

Nos engagements

  • Nous achetons des parcelles forestières à fort enjeu environnemental
  • Nous préservons la forêt des coupes rases et proscrivons l’utilisation de l’abatteuse
  • Nous mettons en avant des techniques de sylviculture douce
  • Nous permettons aux parcelles coupées de se régénérer naturellement et laissons une partie de la forêt en libre évolution
  • Nous créons des événements autour de la forêt pour le public afin que chacun puisse découvrir et se réapproprier ce patrimoine unique

Faire un don

Si vous souhaitez faire un don à notre association, y adhérer ou parrainer un petit bout de forêt corrézienne, cliquez ici (redirection vers le site helloasso).
Si vous souhaitez nous contacter ou en savoir davantage sur la collecte de dons, cliquez ici.

Actualité de l'association

CLiquez sur le titre d'un article pour le lire en entier.
Cliquez ici pour accéder aux archives des actualités.

PREPARATION DE NOTRE FORMATION « FORETS-ECOLE » - Au mois d’octobre dernier, la section CFDT d’une société informatique située en région parisienne nous contactait pour nous proposer de faire un don des sommes traditionnellement affectées aux objets publicitaires distribués à l’occasion de leurs élections professionnelles (goodies).Cela a permis de donner plus de sens à leur campagne syndicale, en contribuant au maintien des forêts […]
BIOSYL, CA BOUGE A TOUS LES ETAGES. - Voici un article de l’association « Forêt Debout » du groupe forêt du syndicat de la Montagne Limousine qui se mobilise avec d’autres assos et collectifs avec qui nous échangeons et partageons notre combat pour l’avenir de nos forêts limousines avec une gestion plus respectueuse. Elles sont encore plus menacées aujourd’hui par des projets tel que Biosyl […]
Un début de travail dans la forêt de Corrèze Enval Orliac. - Nous avons organisé dans le mois de novembre et décembre 2023 plusieurs après-midi pour marquer nos limites de parcelles et également dégager les arbres qui embarrassent les différents chemins dont un communal ainsi que des petits sentiers. Nous avons bien œuvré mais il reste encore quelques journées de travail.De même, nous avons choisi quelques lieux […]
Réunion publique à l’initiative d’un collectif citoyen du territoire. - Pourquoi une réunion publique ? Nous avons constaté que le site industriel Piveteau Bois – SAS Farges s’est agrandi à plusieurs reprises au cours de la décennie passée. Le dernier agrandissement, devenu effectif en novembre 2023, a eu lieu au moyen de l’expropriation de propriétaires riverains par la Communauté de Communes Ventadour-Egletons-Monédières. Celui-ci ne fait […]

Les parcelles

Localisation des forêts acquises ou prospectées




Description des parcelles

Cliquez ci-dessous sur les noms des parcelles pour en avoir une description :

Forêt de Nouillane – Espagnac (19) – 3ha

La forêt de Nouillane est particulière, peu de forêts en Corrèze rassemblent autant de caractères qui font au final chaud au coeur : des arbres de différentes essences, des feuillus, hêtres, charmes, châtaigniers… en futaie, d’âges variés, avec des vieux de… 100 ? 150 ans ? Peut-être plus ? Des arbres morts, des grosses souches habitées.
On y trouve plusieurs ruisseaux qui se réunissent en contrebas d’une combe, minuscules torrents chantants, une flore et des animaux, des batraciens par exemple qui indiquent une forêt non exploitée régulièrement depuis au moins 30 ans… Bref, une forêt par endroits très certainement ancienne, riche et qui s’affirme, avec de beaux coins sauvages, de belles énergies ! Pour peu qu’on sache s’arrêter… Une forêt à sauvegarder, laisser tranquille… chhuuuuut…

Biodiversité : espèces identifiée par un correspondant du Conservatoire des Espaces Naturels : Crapeau accoucheur, Salamandre tâchetée, Grenouille rousse
Blechnum en épi, Circée de lutèce, Listère à feuilles ovales, Limace noire
Cartographie : forêts anciennes – Indice de biodiversité : 24
Diagnostic de gestion : libre évolution et suivi biodiversité


Forêt de Nouillane – Espagnac (19) – 3ha

La forêt de Nouillane est particulière, peu de forêts en Corrèze rassemblent autant de caractères qui font, au final, chaud au coeur : des arbres de différentes essences, des feuillus, hêtres, charmes, châtaigniers… en futaie, d’âges variés, avec des vieux de… 100 ? 150 ans ? Peut-être plus ? Des arbres morts, des grosses souches habitées.
On y trouve plusieurs ruisseaux qui se réunissent en contrebas d’une combe, minuscules torrents chantants, une flore et des animaux, des batraciens par exemple qui indiquent une forêt non exploitée régulièrement depuis au moins 30 ans… Bref, une forêt par endroits très certainement ancienne, riche et qui s’affirme, avec de beaux coins sauvages, de belles énergies ! Pour peu qu’on sache s’arrêter… Une forêt à sauvegarder, laisser tranquille… chhuuuuut…

Biodiversité : espèces identifiées par un correspondant du Conservatoire des Espaces Naturels : Crapeau accoucheur, Salamandre tâchetée, Grenouille rousse, Blechnum en épi, Circée de lutèce, Listère à feuilles ovales, Limace noire.
Cartographie : forêts anciennes – Indice de biodiversité : 24
Diagnostic de gestion : libre évolution et suivi biodiversité


Corrèze 12 ha

La forêt se situe dans le vallon du ruisseau des Dagues qui rejoint la Menaude.
Forêts : Les forêts en vente occupent 10 ha (plus 2 ha séparés). Les peuplements sont composés de  mélanges taillis vieillis et futaie Chêne, Charme, Châtaignier, Hêtre de 10 à 50 cm, ainsi que 0,4 ha de douglas de 50 ans, 0,4 ha de Pin Sylvestre, quelques sapins plantés sous abri feuillus. Le réseau de chemins est à améliorer.
L’indice de biodiversité potentielle varie de 7 à 18 (peu d’arbres très âgés). Cette forêt se prête facilement à la gestion à couvert continu.


Une sylviculture irrégulière peut s’appliquer sur l’ensemble de la surface. Des îlots sont aptes à une libre évolution avec suivi naturaliste. Le vallon humide offre un beau paysage, la situation en ZNIEFF rend l’acquisition prioritaire.

Biodiversité :  ZNIEFF de la vallée de la Corrèze et de la Vimbelle
La Corrèze est un affluent en rive gauche de la Vézère. Le périmètre du site concerne la vallée à l’aval du bourg de Corrèze jusqu’à l’amont immédiat de Tulle. Plusieurs affluents sont également concernés : la Vimbelle, le ruisseau du Passadour, le ruisseau des Dagues, le ruisseau de Viers. Sur la Corrèze on a détecté de nombreuses zones de frayères à Salmonidés.
Les milieux qui peuplent les vallées sont majoritairement des bois de feuillus. Le sol de la vallée présente de nombreux affleurements neutro-basiphiles permettant l’accueil d’une flore particulière donnant ainsi à la vallée une diversité relativement élevée.
Au plan botanique, la vallée abrite une flore essentiellement forestière. On note la présence de hêtraies-chênaies acidiphiles classiques mais aussi de peuplement plus neutrophiles. En effet, on retrouve dans cette zone  quelques orchidées protégées en Limousin.
Au plan faunistique, le site abrite des espèces discrètes comme la Loutre d’Europe ou encore la Genette commune. Parmi les oiseaux, le Cincle plongeur est bien représenté sur les rives de la Corrèze.
L’accessibilité de la vallée est difficile. Cependant, nous pouvons conclure à une grande richesse pour cet ensemble de vallées encaissées qui mériterait d’être étudié plus en profondeur.

Lagraulière Blanchefort 4ha

L’acquisition prévue n’a pu se réaliser, un voisin ayant fait valoir son droit de préférence.

Forêts anciennes

Les forêts anciennes de l'Atlas de Biodiversité communale de Naves. Il est admis que certaines forêts sont "Sources de biodiversité" et que les forêts âgées en font partie. Mais où sont-elles?
Nous avons tout d'abord appris que les Parcs Naturels Régionaux du Massif Central avaient fait un travail cartographique pour localiser les "Forêts anciennes". Par définition ces forêts sont celles qui étaient déjà présentes sur les premières cartes détaillées de l'époque napoléonienne. En complément le Conservatoire Botanique National du Sud Ouest a cartographié précisément les surfaces de "Forêts anciennes" toujours boisées, qui n'ont pas été défrichées pour une utilisation agricole ou pour l'urbanisation. Toutefois parmi ces surfaces toutes les forêts n'ont pas la même valeur biologique. Certaines ont été enrésinées, d'autres ont été coupées récemment et ne contiennent que des rejets de taillis.
Mais comment localiser ces fameuses forêts anciennes, constituées d'essences de Pays (indigènes) et autant que possible d'âge mûr? C'est à ce moment là que nous avons entendu parler de l'Atlas de Biodiversité Communale (ABC) de la ville de Naves. Cette commune a été retenue pour réaliser sur son territoire l'état des lieux de la biodiversité en faisant un diagnostic de l'existant, en liaison avec l'ensemble des associations naturalistes du Limousin. L'objectif est également de sensibiliser les habitants et de prévoir des mesures de conservation. Parmi les inventaires figurent des espèces typiques de la biodiversité des forêts anciennes comme par exemple des chauves souris, des pics noirs ou des plantes de milieux boisés comme le Seau de Salomon ou l'Ail des ours. Il restait à croiser ces points d'inventaires et la carte des forêts anciennes du conservatoire, puis à vérifier sur photo aérienne que les forêts concernées ont bien un aspect de futaie d'essences feuillues indigènes. Une dizaine de zones ont ainsi été sélectionnées et après avoir demandé la permission aux propriétaires une fiche de relevé de terrain sera établie, qui viendra enrichir la base de donnée du Conservatoire.
Et ensuite que ferons nous?
Dès lors que la visite de terrain aura confirmé l'intérêt patrimonial et biologique de la forêt, nous tenterons de convaincre le propriétaire de la gérer sans détruire ce patrimoine. Il lui sera proposé de gérer sa forêt en sylviculture à couvert continu, ou de laisser en libre évolution les parcelles les plus riches. Si vous le souhaitez vous pouvez réaliser des dons en ligne (défiscalisables à 66%) pour financer ces inventaires :
https://www.helloasso.com/associations/les-enforestes/.

Forêt - École

C'est le projet que nous développons en utilisant nos acquisitions comme Forêt-Ecole. L'association Francis Hallé pour la Forêt Primaire ayant édité des posters et des fiches pédagogiques sur le sujet, il nous restait à convertir les parcelles de notre Forêt-Ecole située à Corrèze en autant de salles de classes au milieu les arbres. En cheminant, la première invite à dessiner le paysage et comprendre l'équilibre entre l'action de l'homme et l'évolution de la Nature. La seconde s'adresse à nos perceptions sensorielles le toucher, l'odeur, les sons... pour entrer en contact avec la vie de la forêt. Un peu plus loin, il faudra observer les racines des arbres renversés et creuser le sol pour observer la vie qui grouille et communique sous nos pieds. Le lendemain chaque groupe partira avec la mission d'observer et de comprendre d'un côté la formidable fabrique de chlorophylle, d'oxygène et de bois que constitue une forêt, et de l'autre l'immense réservoir de nourriture et de d'habitats donné aux champignons, insectes, oiseaux et mille autres formes de vie qui forment l'écosystème forestier. Pour ne pas être accusés de "tout vouloir mettre sous cloche" une après midi sera consacrée à la sylviculture à couvert continu, qui permet de récolter périodiquement une partie du bois sans couper à ras la forêt. La dernière journée sera consacrée aux forêts reconnues pour leur intérêt biologique et sur la façon d'évaluer leur bon état de conservation. Une expérience qui sera enrichissante pour tous!

Retour en haut